FANDOM


Le Magicien d'Oz  (en anglais : The Wonderful Wizard of Oz, abrégé en The Wizard of Oz) est un roman américain pour enfant écrit par L. Frank Baum, et publié en 1900 aux éditions George M. Hill Company. Il s'agit du premier roman du cycle d'Oz. En France, le roman est édité pour la première fois en 1931.

SynopsisModifier

Dorothy Gale, fillette du Kansas, est élevée par sa tante Em et par son oncle Henry. Un jour, un cyclone frappe la fermette du Kansas, et Dorothy ainsi que son petit chien Toto, se retrouvent propulsés jusqu'au merveilleux Pays d'Oz, où les sorcières et les magiciens existent encore… Pour rentrer chez elle, Dorothy devra suivre la route de brique jaune qui la mènera à la Cité d'Émeraude, là où vit le grand, le puissant, le magnifique, le terrible Magicien d'Oz, qui est le seul, capable de l'aider dans sa quête de rentrer chez elle. Sur sa route, Dorothy fera la rencontre d'étranges personnages, dont l'Épouvantail, qui souhaite plus que tout au monde avoir un cerveau, le Bûcheron de Fer-Blanc, qui désire obtenir un cœur, et le Lion Peureux, qui rêve d'avoir du courage. Chacun vont venir l'aider pour sa quête, car eux aussi souhaitent rencontrer le Magicien. Mais sur leur route, ils devront affronter bien des obstacles…

IntroductionModifier

De tout temps, les récits traditionnels, les légendes, les mythes et les contes de fées ont accompagné les enfants, car d'instinct chacun d'eux se passionne sincèrement pour les histoires fantastiques, merveilleuses et, à l'évidence, irréelles. Les fées ailées des Grimm et d'Andersen procurent au cœur enfantin plus de joie que tout autre création humaine.

Cependant, les contes d'autrefois, qui ont nourri l'imaginaire de maintes générations, peuvent désormais être rangés parmi les « classiques » de la bibliothèque enfantine. En effet, le temps est venu de proposer un nouveau genre de « contes merveilleux » dans lesquels seront bannis les génies, les nains, les fées et tout autre personnage stéréotypé, de même que les événements horribles et glaçants qui, dans les contes, avaient pour fonction d'illustrer une morale délibérément effrayante. L'école se charge désormais d'enseigner la morale ; aussi les enfants d'aujourd'hui lisent-ils des contes merveilleux dans le seul but de se divertir et se passent aisément de tout événement déplaisant.

J'avais cette seule idée en tête lorsque j'ai écrit Le Magicien d'Oz : faire plaisir aux enfants. Ce récit a pour ambition d'être un conte de fées modernisé, dans lequel on a préservé l'émerveillement et la joie tout en écartant chagrins et cauchemars.

L. Frank Baum, Chicago, avril 1900